Une bonne épouse indienne – Anne Cherian

L’histoire en quelques lignes
Neel est un médecin trentenaire, originaire d’Inde, qui a réussi sa vie en Amérique. De son ancienne vie en Inde, il ne reste plus grand-chose à part les rares coups de fils passés à sa famille restée en Inde. Il s’attèle à vivre comme un vrai Américain, étant même parfois complexé d’être considéré plus comme un Indien qu’un Américain.
Sa famille en Inde désespère de le voir marié et multiplie les tentatives pour lui faire accepter un mariage arrangé, comme le veut les coutumes en Inde. Ses précédents retours en Inde lui avaient laissé un souvenir amer, ses parents s’étant organisés pour lui faire rencontrer des potentielles futures épouses.
Neel ne souhaite donc plus y retourner, malgré les supplications de sa mère. Pourtant, il va y être obligé. Son grand-père Tattappa est à l’article de la mort et il ne peut pas se résoudre à ne plus le revoir.
Lorsqu’il organise à contrecœur son retour en Inde, il n’a aucune idée de ce qui l’attend. Arrivera-t-il à déjouer les pièges tendues par sa mère, Mummy, et par sa tante paternelle Vimla pour lui faire épouser une Indienne ? Aura-t-il le courage de leur avouer qu’il a une copine américaine et qu’il ne se mariera jamais avec une Indienne ?
A travers ce livre, Anne Cherian nous plonge au cœur de la culture indienne, de ses coutumes et livre un regard intéressant sur les mariages arrangés.

Mon avis

A travers sa plume accessible et fluide, Anne Cherian nous fait plonger au cœur de la société indienne et de ses coutumes, nous faisant découvrir des expressions, des plats et épices, des vêtements, des rites etc.
Le thème du livre, les mariages arrangés, est appliqué à un couple que tout oppose et est abordé à la fois du point de vue de l’homme et de la femme.
Neel, naturalisé Américain, n’a plus d’Indien que la couleur de la peau et les traits de son visage. Il s’oppose farouchement au mariage arrangé souhaité par sa famille et n’a de cesse de poursuivre son idéal : épouser une femme américaine, blonde aux yeux bleus.
Leila quant à elle est l’archétype parfait de la femme Indienne moderne : instruite, élevée dans la tradition indienne mais attirée par le monde occidental rêvé à travers des romans et des films, élevée pour être une femme soumise mais qui cultive intérieurement ses propres opinions et sa force de caractère.

L’auteur aborde également la question de l’immigré qui, ne se sentant plus tout à fait appartenir à sa culture d’origine, n’en devient pas pour autant un authentique produit de sa terre d’accueil. Cette sensation ressentie dans le livre par un homme d’origine indienne, aurait pu être exprimée par millier d’autres étrangers de tout horizon, dès lors qu’ils avaient quitté une terre pour une autre.
La patience et la persévérance de Leila permettront finalement, à ce couple que tout oppose, de se trouver et de développer des affinités.

Ce livre se lit avec beaucoup de plaisir et permet au lecteur de découvrir une grande partie de la culture indienne et des valeurs qui sont chères à l’auteure.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *