L’instant présent – Guillaume Musso

Ayant lu le premier chapitre sur le site officiel de Musso, fin d’année 2015, j’avais hâte de lire « L’instant présent ». Et ce pour une raison : l’intrigue, promesse de mystères et de surnaturel, me passionnait et avait piqué ma curiosité. Il me fallait connaître le fin mot de l’histoire !


Dans « L’instant présent », Musso raconte l’histoire d’Arthur Costello, un jeune médecin urgentiste qui se voit offrir un cadeau empoisonné par son père : le phare des 24-vents (24 winds Lighthouse). Une malédiction semble planer sur les lieux, et est à l’origine de la disparition subite du grand-père d’Arthur, trente ans plus tôt. Lorsque son père le met en garde de ne surtout pas ouvrir une porte située dans le sous-sol du phare, Arthur ne peut s’empêcher de faire le contraire. Le voilà alors happé par les méandres du temps, condamné à vivre seulement un jour par an pendant 24 ans. Parviendra-t-il à se défaire de cette malédiction ? L’histoire d’amour naissante entre lui et Lisa, une jeune comédienne New-Yorkaise, a-t-elle un avenir ?


Dès la fin du premier chapitre, une fois que le décor est planté et que la malédiction est déclenchée, il est presqu’impossible de lâcher le livre. L’obsession de savoir comment Arthur va se sortir du pétrin dans lequel il s’est fourré ne nous quitte plus. Pourtant, au fil des chapitres, je commence à douter. Je sens que les réponses à mes questions ne seront pas celles à laquelle je m attend. Musso se jouerait-il de moi, encore une fois, comme dans « Central Park », où le bouquet final remet en cause une bonne partie de l’intrigue ? J’ai eu raison de me méfier car il s’agit bien de cela.


Pour « Central Park », j’ai été surprise par la fin du livre mais ça n’a pas gâché le plaisir que j’ai eu à le lire. Je n’en dirai pas autant de « L’instant présent ». Le sentiment qui me reste, après avoir refermé le livre et même plusieurs jours après, est la déception. Oui, je suis énormément déçue que Musso ne soit pas allé au bout de sa fiction surnaturelle, privilégiant un retour à la réalité aussi brut que soudain.

Le livre est néanmoins agréable à lire (des personnages attachants, une intrigue mystérieuse, des péripéties qui tiennent en haleine et attisent la curiosité) malgré quelques longueurs dans la description de certains lieux ou certaines situations. Mais je reste déçue car je n’y ai pas trouvé ce que je recherchais : la promesse de me perdre dans une fiction salvatrice où l’impossible devient possible.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *